Sismicité en France métropolitaine

Le séisme de magnitude 5,1 ressenti dans la Drôme et dans l’Ardèche le lundi 11 novembre 2019 rappelle que, si la France métropolitaine n'est pas un territoire à sismicité forte, le risque sismique n'est cependant pas à ignorer.

Petits rappels sur l'exposition du territoire métropolitain à la sismicité et sur les données accessibles sur Géorisques :

 

  • Exposition du territoire métropolitain à la sismicité

Le zonage sismique français, en vigueur depuis 2011, distingue quatre zones de sismicité sur le territoire métropolitain, de la zone de sismicité « très faible » à la zone de sismicité « moyenne ». La « zone de sismicité forte » concerne exclusivement les îles des Antilles (Guadeloupe, Martinique, Saint-Martin).

  • L'activité sismique sur le territoire métropolitain, d'hier à aujourd'hui

Sur le territoire métropolitain, les séismes sont relativement fréquents mais d'intensité modérée : les réseaux sismologiques enregistrent une activité sismique quotidienne mais les évènements détectés sont généralement trop faibles pour pouvoir être ressentis par la population.

La sismicité historique du territoire est connue grâce aux sources archivistiques. Les témoignages historiques écrits conservés jusqu’à nos jours ont permis de localiser sur le territoire métropolitain près de 2000 séismes survenus sur une période de plus de 1000 ans.

La carte des intensités potentiellement ressenties, constituée à partir des données de la sismicité historique et d’une méthode d’interpolation mathématique, permet de se forger une idée de la façon dont les séismes du passé ont été ressentis.

Aujourd’hui, comme hier, le témoignage spontané de la population est une source d’information essentielle en matière d’évaluation des effets ressentis et des dégâts occasionnés par les séismes. En témoignent les résultats obtenus par la plateforme Suricate Nat qui parvient à obtenir une représentation assez précise de l’étendue de la zone de perception des secousses autour de l’épicentre d’un séisme en analysant les témoignages postés par la population sur le réseau Twitter.

  • Pour en savoir plus :

 

 

 

Illustration : une semaine après le séisme du 11/11/2019, mission de diagnostic des ingénieurs du BRGM pour le compte de l'Association Française du Génie Parasismique.