Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ)
Les principales questions que vous pourrez vous poser
  • Connaître les risques près de chez vous

    Comment utiliser les coordonnées GPS pour se localiser ?

    Pour se localiser directement avec des coordonnées GPS, vous devez disposer de coordonnées GPS sous forme décimale (avec une virgule). Ces coordonnées sont disponibles sous cette forme dans des visualiseurs de cartes sur Internet.

    Par exemple, dans Google Maps, la longitude à indiquer correspond au deuxième numéro affiché (-2.60...) et le premier correspond à la latitude (47.53...) :

    Vous pouvez rentrer ces coordonnées dans l'onglet GPS, situé après les onglets Adresse et Commune et cliquer sur Valider pour zoomer sur le point recherché.

     

  • Cartes interactives

    Comment accéder à la carte des DROM ?

    Pour accéder à la carte d'un DOM-TOM, utilisez le menu déroulant Aller directement à..., situé en haut de votre écran. Sélectionnez ensuite le nom du DOM-TOM qui vous intéresse dans la liste. La carte se centrera automatiquement sur ce DOM-TOM.

    Comment afficher les parcelles cadastrales et les limites administratives ?

    Les couches des parcelles cadastrales et des limites administratives sont disponibles à partir du catalogue géorisques. Pour y accéder, cliquez sur le deuxième onglet intitulé Choix des couches dans la boîte de dialogue située à droite de votre écran.

    Dans le catalogue géorisques, vous trouverez dans la catégorie Limites administratives les couches de données sur les limites des communes, des départements et des régions. La couche Parcelles cadastrales est quant à elle répertoriée dans la catégorie Référentiels.

    Comment visualiser des données géographiques provenant d'une autre plateforme ?

    Pour visualiser des données géographiques provenant d'une autre plateforme, il faut que cette plateforme diffuse des flux WMS pour l'exportation de ses données.

    D'abord, vous devez vous rendre sur la plateforme diffusant le flux WMS afin de noter l'adresse de ce flux (copier).

    Il faut ensuite saisir (coller) l'adresse de ce flux dans la fenêtre prévue à cet effet : elle se trouve dans la boîte de dialogue située à droite de votre écran, dans le deuxième onglet Choix des couches et dans la dernière rubrique de cet onglet, Ajouter une couche WMS.

    Puis, interrogez le serveur et cochez la case qui correspond à la donnée que vous souhaitez visualiser.

    Comment quitter ou activer le mode plein écran ?

    Pour quitter ou activer le mode plein écran, cliquez sur le bouton Réduire ou Agrandir situé en haut à gauche et en haut à droite de votre écran.

    Une couche ne s'affiche plus quand je zoome. Pourquoi ?

    Certaines couches possèdent une échelle de visibilité limitée, c'est-à-dire que les données ne seront pas affichées à toutes les échelles (ou tous les Niveaux de zoom). Cette échelle est indiquée pour toutes les couches dans les Informations complémentaires sur la couche (cliquez sur le point d'interrogation tout à droite du nom de la couche affichée).

    Ainsi, quand on zoome, certaines couches finissent par disparaître. Cette configuration est due au manque de pertinence des données : la couche de données n'est pas assez précise pour être affichée à une échelle plus fine (à un zoom plus important).

    Je recherche des risques sur une parcelle cadastrale. Comment obtenir des informations sur une donnée qui n'apparaît pas à la bonne échelle ?

    Sur Géorisques, la couche des parcelles ne s'affiche généralement pas à la même échelle que les couches risques. Pour obtenir des informations sur les risques tout en gardant la localisation précise de votre parcelle, vous pouvez utiliser l'outil Annotation, situé en haut de votre écran.

    Après avoir ajouté la couche Parcelle et la couche risque de votre choix, localisez-vous à l'aide de l'outil de recherche d'adresse et grâce au zoom. Utilisez ensuite l'outil annotation situé en haut de votre écran afin de dessiner votre parcelle. Sélectionnez l'outil polygone, et redessinez les contours de votre parcelle. Enregistrez votre annotation, puis ajustez l'échelle afin de voir apparaître les autres couches risques : votre annotation restera visible, tandis que la couche du parcellaire ne sera, elle, plus visible. Vous aurez ainsi une trace de votre parcelle tout en visualisant les autres données risques.

    Pour plus d'aide, visualisez le tutoriel vidéo : http://www.georisques.gouv.fr/aide/recherche-des-risques-sur-une-parcelle-cadastrale

    Comment ajuster l'opacité d'une carte ?

    Il est important de modifier l'opacité de certaines couches lorsqu'on affiche plusieurs données sur la carte interactive, afin de pouvoir visualiser l'ensemble des informations. Pour cela, un curseur est mis à disposition de l'utilisateur pour régler l'ocalité de chaque couche que l'on affiche. Ce curseur est situé à droite du nom de la couche affichée.

    Comment positionner une donnée au premier plan ou en arrière-plan ?

    Prioriser l'ordre d'affichage des données peut s'avérer important. En effet, certaines données peuvent en recouvrir d'autres et l'information ne sera alors pas visible sur la carte :

    Pour changer l'ordre des couches, des petites flèches à fauche du nom de la couche affichée permettent de positionner la couche en premier plan, en arrière plan, devant ou derrière une autre couche.

    Comment supprimer ou ajouter une nouvelle couche de données ?

    A partir du menu Couches affichées, il est possible de supprimer, d'ajouter et même de régler la visibilité des couches. Pour ajouter une couche, cliquez sur Afficher des couches supplémentaires ou sur le deuxième onglet du menu à droite de votre page. Sélectionnez ensuite dans la liste la couche que vous souhaitez afficher.

    Pour supprimer des données, cliquez sur la croix rose située à gauche du nom de la couche que vous souhaitez supprimer.

    Pour rendre une couche invisible, cliquez sur l'oeil situé à gauche de la croix rose. Vous pouvez réactiver la couche afin de la rendre à nouveau visible en cliquant à nouveau sur le signe oeil.

    Note : la visibilité de certaines couches est parfois automatiquement désactivée. Pour en savoir plus, se référer à la question de la FAQ : "Une couche ne s'affiche plus quand je zoome. Pourquoi ?"

  • Téléchargement de données

    Quels sont les formats disponibles pour le téléchargement des données ?

    Les données présentes sur le site sont en téléchargement libre à partir de la rubrique Téléchargement. Les données sont disponibles :

    • Soit sous forme de couches de données SIG zippées (au format MapInfo ou SHP) ;
    • Soit sous forme de services web cartographiques (en flux WMS/WFS).
    • Soit sous forme de services ATOM (Téléchargement simple).

    Comment utiliser les flux WMS/WFS ?

    Les flux WMS et WFS disponibles dans la rubrique téléchargement peuvent être ajoutés à tous les visualiseurs cartographiques en ligne disposant d'un outil d'ajout de flux WMS / WFS (comme cartes interactives sur Géorisques). Ils peuvent également être ajoutés à un logiciel SIG (Couche > ajouter une couche WMS dans QGIS par exemple).

  • Autres sujets

    Comment obtenir plus d'informations sur les réglementations en vigueur ?

    Pour obtenir les documents réglementaires concernant les Plans de Prévention des Risques, vous pouvez vous rendre sur le site de la DREAL de votre région (saisir DREAL, suivi du nom de votre région dans votre navigateur).

    Pour obtenir les documents d'urbanisme (Plans Locaux d'Urbanisme, Schémas de Coéhrence Territoriale, etc), vous pouvez vous rendre sur le Géoportail de l'urbanisme.

    Quelle est la fiabilité des données du site ?

    Le site georisques.gouv.fr, conçu par la Direction Générale de la Prévention des Risques et développé par le BRGM, présente aux professionnels et au grand public des informations relatives aux risques d'origine naturelle ou technologique sur le territoire français. L'accès et l'utilisation du site impliquent l'acceptation des conditions générales d'utilisation qui suivent.

    Ni la DGPR, ni le BRGM ni aucune partie ayant concouru à la création, à la réalisation, à la diffusion, à l'hébergement ou à la maintenance de ce site ne pourra être tenu pour responsable de tout dommage direct ou indirect consécutif à l'accès et/ou utilisation de ce site par un internaute. Par ailleurs, les utilisateurs sont pleinement responsables des interrogations qu'ils formulent ainsi que de l'interprétation et de l'utilisation qu'ils font des résultats. La DGPR et le BRGM n'apporte aucune garantie quant à l'exactitude et au caractère exhaustif des informations délivrées. Seules les informations livrées à notre connaissance ont été transposées. De plus, la précision et la représentatitivité des données n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs, dans la mesure où ces informations n'ont pas systématiquement été validées par la DGPR ou le BRGM. De plus, elles ne sont que le reflet de l'état des connaissances disponibles au moment de leur élaboration, de telle sorte que la responsabilité de la DGPR et du BRGM ne saurait être engagée en cas où des investigations nouvelles amèneraient à revoir les caractéristiques de certaines formations. Même si la DGRP ou le BRGM utilise les meilleures techniques disponibles à ce jour pour veiller à la qualité du site, les éléments qu'il comprend peuvent comporter des inexactitudes ou erreurs non intentionnelles. La DGPR et le BRGM remercient par avance les utilisateurs de ce site qui voudraient bien lui communiquer les erreurs ou inexactitudes qu'ils pourraient relever. Les utilisateurs de ce site consultent à leurs risques et périls. La DGPR et le BRGM ne garantit pas le fonctionnement ininterrompu ni le fait que le serveur de ce site soit exempt de virus ou d'autre élément susceptible de créer des dommages. La DGPR et le BRGM peut modifier le contenu de ce site sans avertissement préalable.

    La réutilisation des données est couverte par une licence ouverte.

    Droits d'auteur :

    Le producteur garantit au réutilisateur le droit personnel, non exclusif et gratuit, de réutilisation de "l'information" soumise à la présente licence, dans le monde entier et pour une dirée illimitée, dans les libertés et les conditions exprimées ci-dessous. Vous êtes libre de réutiliser l'information:

    • Reproduire, copier, publier et transmettre l'information
    • Diffuser et redistribuer l'information
    • Adapter, modifier extraire et transformer à partir de l'information, notamment pour créer des informations dérivées
    • Exploiter l'information à titre commercial, par exemple en la combinant avec d'autres informations, ou en l'incluant dans votre propre produit ou application.

    Sous réserve de :

    • Mentionner la paternité de l'information: sa source (a minima le nom du producteur) et la date de sa dernière mise à jour.

    Le réutilisateur peut notamment s'acquitter de cette condition en indiquant un ou des leisn hypertextes (URL) renvoyant vers l'information et assurant une mention effective de sa paternité. Cette mention de paternité ne doit ni conférer un caractère officiel à la réutilisation de l'information, ni suggérer une quelconque reconnaissance ou caution par le producteur, ou par toute autre entité publique, du réutilisateur ou de sa réutilisation.

    Ce site peut contenir des liens et références à des sites internet appartenant à des tiers. Ces liens et références sont là dans l'intérêt et pour le confort des utilisateurs et ceci n'implique de la part de la DGPR ou du BRGM ni responsabilité, ni approbabiton des informations contenues dans ces sites.

  • Cartographie des remontées de nappe

    Objectifs et méthodologie utilisée

    La carte a pour objectif l’identification et la délimitation des zones sensibles aux inondations par remontée de nappes (pour une période de retour d’environ 100 ans).

    La difficulté était de trouver, en fonction des données de nature et de qualité très hétérogènes, une méthode de détermination des zones sensibles aux remontées de nappe et les critères associés en utilisant des techniques d’interpolation.

    La réalisation de la carte française a reposé principalement sur l’exploitation de données piézométriques et de leurs conditions aux limites d’origines diverses (BSS, ADES, déclarations CATNAT, résultats de modèles hydrodynamiques, isopièzes, EAIPce, EAIPsm[1]...) qui, après avoir été validées ont permis par interpolation de définir les isopièzes des cotes maximales probables.

    Les valeurs de débordement potentielle de la cartographie des zones sensibles aux remontées de nappe ont été obtenues, par maille de 250 m, par différence entre les cotes du Modèle Numérique de Terrain (RGE ALTI®) moyen agrégé par maille de 250 m et les cotes obtenues, suivant une grille de 250 m par interpolation des points de niveau maximal probable.

    Cotes altimétriques du MNT – Cotes Points niveau maximal = Zones potentielles de débordement

    Au regard des incertitudes liées aux cotes altimétriques, il a été décidé de proposer une représentation en trois classes qui sont :

    • « zones potentiellement sujettes aux débordements de nappe » : lorsque la différence entre la cote altimétrique du MNT et la cote du niveau maximal interpolée est négative ;
    • « zones potentiellement sujettes aux inondations de cave » : lorsque la différence entre la cote altimétrique du MNT et la cote du niveau maximal interpolée est comprise entre 0 et 5 m ;
    • « pas de débordement de nappe ni d’inondation de cave » : lorsque la différence entre la cote altimétrique du MNT et la cote du niveau maximal interpolée est supérieure à 5 m.

    Ce genre d’analyse, par interpolation de données souvent très imprécises et provenant parfois de points éloignés les uns des autres, apporte des indications sur des tendances mais ne peut être utilisée localement à des fins de réglementation. Pour ce faire, des études ponctuelles détaillées doivent être menées.

     

    [1] BSS : Banque Sous-Sol, ADES : Accès Données sur les Eaux Souterraines, CATNAT : Catastrophe Naturelle, EAIPce,sm : Enveloppe Approchée d’Inondation Potentielle cours d’eau/submersion marine

    Résultats obtenus et préconisations d’utilisation

    La carte proposée pour la métropole et la Corse, permet de localiser les zones où il y a de fortes probabilités d’observer des débordements par remontée de nappe. La réalisation de la carte des zones sensibles aux inondations par remontée de nappe reste un exercice délicat qui « in fine » comporte de fortes incertitudes dues :

    • une accumulation d’informations manquantes, incomplètes ou imprécises,
    • l’ordre de grandeur des valeurs recherchées,
    • la complexité des milieux mis en jeu.

    Par suite de ces différentes remarques, il n’a pas été possible de réaliser une interpolation avec des mailles de dimension inférieure à 250 m. En outre, la carte réalisée n’est pas valide pour les zones karstiques (manifestant un comportement particulier et relativement mal connu sur certains secteurs), les zones urbaines (dont les aménagements modifient les écoulements souterrains) et les secteurs après mine (subissant des modifications des écoulements souterrains dues aux pompages des eaux d’exhaure ou à l’arrêt des pompages).

    Le rendu cartographique a donc été réalisé en considérant comme unité de base une maille carrée de 250 mètres. Cette carte n’est donc exploitable, au stade actuel, qu’à une échelle inférieure au 1/100 000ème.

     

    L’utilisateur doit garder en mémoire la liste des recommandations suivantes pour toute utilisation de la carte de sensibilité aux remontées de nappe :

    1. L’exploitation de la carte de sensibilité aux remontées de nappe n’est possible qu’à une échelle inférieure à 1/100 000. Autrement dit, pour des études locales, ayant besoin d’une résolution fine (échelle parcellaire ou au 1/25 000, au 1/50 000), cette carte nationale ne doit pas être utilisée.

    En outre la carte doit être accompagnée pour sa lecture et son interprétation de différents masques à surimposer :

    1. Ajout du masque sur les secteurs avec terrains affleurants imperméables (fourni avec la carte, source BRGM)

    Dans ces secteurs, la présence d'une couche imperméable empêche le débordement en surface de nappes captives pouvant présenter des niveaux piézométriques maximaux supérieurs au terrain naturel. Cependant, il n'est pas complètement exclu que des problématiques liées aux remontées de nappe aient lieu dans ces secteurs : non continuité des couches imperméables BD LISA, aménagements souterrains sous la couche imperméable, débordement plus important au niveau des limites perméables/imperméables, …

    1. Ajout des masques EAIPce et EAIPsm (fourni avec la carte, source DGPR)

    Les contours et points intérieurs des EAIPce et sm ont été utilisés comme « points de forçage » pour l'interpolation du niveau maximal piézométrique probable → ces zones correspondent donc à des secteurs dans lesquels il peut y avoir concomitance de 2 phénomènes cumulatifs : débordement de cours d'eau + remontée de nappe ou submersion marine + remontée de nappe.

    1. Ajout d’un masque sur les zones karstiques

    Les aquifères karstiques présentent une forte hétérogénéité des écoulements et l'approche globale mise en œuvre ici ne peut pas avoir de réalité physique dans ces contextes spécifiques.
    Pour accéder à la donnée, se référer aux liens ci-dessous :

    1. Ajout d’un masque sur les zones urbaines

    Dans les zones urbaines, les écoulements souterrains sont perturbés par les différents aménagements souterrains. Ces perturbations piézométriques ne sont pas prises en compte dans l'approche globale mise en œuvre.
    Pour accéder à la donnée, se référer aux liens ci-dessous :

    1. Ajout d’un masque sur les zones après-mine (masque dans le secteur du bassin houiller lorrain fourni avec la carte, source DREAL Grand Est)

    Comme pour les zones urbaines, les modifications des écoulements souterrains dans les zones d'après-mine (pompage des eaux d'exhaure / arrêt des pompages) ne sont pas prises en compte dans cette approche globale.


    Carte des zones potentielles d’inondations par remontée de nappe intégrant l’élimination des zones à forte pente
    et les masques des secteurs considérés imperméables (marron) et des EAIPce et EAIPsm (bleu) © BRGM

    Indice de fiabilité

    Une estimation de la fiabilité des résultats a été réalisée en s’appuyant sur différents critères : fiabilité du Modèle Numérique de Terrain et fiabilité des données eaux souterraines. Cette dernière est basée sur la fiabilité de la donnée source utilisée et la distance à la donnée source la plus proche.

    Les deux indices de fiabilité décrits dans les chapitres précédents ont été croisés pour aboutir à un indice de fiabilité global. Les modalités d’attribution des classes de fiabilité globale sont décrites dans le tableau ci-dessous.


    Modalité d’attribution des classes de fiabilité globale pour la méthodologie proposée

     

    Il s’en est suivi la qualification de la fiabilité globale de la cartographie suivante : « forte », « moyenne », « faible » ou « inconnue » ; indexée à chaque point de la grille au pas de 250 m.

    La représentation cartographique de cet indice de fiabilité global, mêlant fiabilité des données sources utilisées pour l’interpolation et fiabilité des cotes altimétriques du MNT du RGE ALTI®, est présentée ci-dessous.


    Carte de fiabilité globale pour la méthode employée

    Téléchargement des données

    Vous pouvez télécharger gratuitement la carte de sensibilité aux remontées de nappes et les masques associés. Les cartes sont disponibles au format Shapefile d'ESRI, ces fichiers sont regroupés dans un fichier compressé ZIP.
    Sélectionnez un département ou un bassin, puis cliquez sur Télécharger.