L'histoire pour mieux connaître l’exposition d’un territoire vis-à-vis du risque sismique

À l'exception des Antilles, la France n'est pas un pays à risque sismique important, mais on y recense pourtant chaque année près de 500 petits séismes.

En métropole, les séismes sont relativement fréquents mais d'intensité modérée avec en moyenne un séisme fortement destructeur et quatre séismes responsables de dommages sévères par siècle sur mille ans d'histoire. Le risque n'est pourtant pas à négliger.

En effet, de grandes zones d'habitat et des ouvrages sensibles (barrages, centrales nucléaires, installations classées pour la protection de l'environnement) pourraient être sérieusement impactés par un séisme.

C'est pourquoi plusieurs bases de données traquent les séismes actuels mais aussi ceux du passé pour mieux les quantifier et les localiser.

La base SISFrance : + de 1 000 ans d'histoire sismique

La construction des centrales nucléaires dans les années 70 s'est accompagnée d'un programme de connaissance du “passé sismique”. C'est en 1975 que le BRGM, EDF et l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) entament l'inventaire des séismes survenus sur le territoire métropolitain par la recherche et l'analyse des témoignages sur les tremblements de terre, conservés dans le patrimoine archivistique et littéraire.

Ces témoignages constituent la base de la macrosismicité, c'est-à-dire de la sismicité dont on peut ressentir (et décrire) les effets.

Gérée par le BRGM, la base de données SIS France recense près de 6 000 secousses (1 800 épicentres) depuis plus de 1 000 ans (le premier séisme mentionné date de l'an 463 dans les bas plateaux Dauphinois) et bénéficie jusqu'à aujourd'hui d'une actualisation permanente.

On y trouve la liste de tous les séismes d'intensité supérieure ou égale au degré 4 sur l'échelle d'intensité macrosismique M.S.K. 1964 qui quantifie la puissance d'un tremblement de terre en un point particulier de la surface du sol, à partir d'une estimation statistique des effets engendrés en ce lieu, sur les personnes, les constructions et l'environnement.

Chaque séisme fait l'objet d'une fiche détaillée : date, intensité, liste d'observations, bibliographie, carte macrosisimique.

  

Comment accéder aux données SISFrance dans Géorisques ?

 

Les séismes inventoriés dans la base SISFrance sont accessibles :

  • dans la rubrique "Séismes" des descriptifs de risques
  • via une couche de données spécifique dans la carte interactive :

Représentation cartographique de la base de données SIS France.

 

Reconstituer les effets potentiels des séismes : les mathématiques au service de l'histoire

Grâce à la base SIS France, les séismes historiques survenus en France sont pour la plupart connus et référencés. Cependant, leurs conséquences ne sont en général décrites que dans les villes les plus importantes, les plus peuplées ou les plus symboliques : les sources historiques sont insuffisantes pour connaître de façon systématique les dommages dans les petites localités peu peuplées ou plus généralement pour estimer la façon dont ces séismes ont été ressentis par la population de l'époque.

Constituée à partir des données historiques de la base SISFrance, la base de données communale des intensités potentiellement ressenties permet d’avoir une idée de la façon dont les séismes du passé ont été ressentis dans ces localités, ou plus exactement de la façon dont ils auraient été ressentis si elles étaient habitées comme c’est le cas aujourd’hui.

Pour chaque commune française (en France métropolitaine, Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte, Nouvelle-Calédonie et à la Réunion), et pour chaque séisme historique suffisamment connu (au moins 3 observations quantifiées), une intensité est interpolée à l’aide d’un algorithme mathématique, afin d’estimer comment le séisme historique a dû être ressenti au niveau de la mairie de la commune.

Comment accéder aux données d'intensités potentiellement ressenties dans Géorisques ?

 

Les intensités potentiellement ressenties sont accessibles via une couche de données spécifique dans la carte interactive :

 

 

Représentation cartographique de la base de données communale des intensités potentiellement ressenties.