Comment garder la mémoire des catastrophes naturelles ?

La mémoire collective : maillon essentiel de la prévention des risques géologiques

Survenant rarement en comparaison d’autres évènements qui font l’actualité, les phénomènes liés au sol ou au sous-sol, dramatiques ou non, laissent souvent peu de traces dans la mémoire collective.

Or, la méconnaissance de ces risques géologiques conduit souvent à des choix d’aménagement et à des comportements individuels ou collectifs inadaptés qui ont tendance à renforcer l’exposition des territoires et des populations.

L’entretien de la mémoire des événements et des catastrophes passées, sur la base des traces historiques laissées dans les paysages, constitue donc un maillon essentiel du maintien de la conscience du risque chez les populations concernées.

 

      

Vue aérienne de l'église et du village d'Arette après le séisme, 1967.
© Archives municipales.

Le numérique : appui à la mémoire des risques 

Dans ce contexte, le ministère de la Transition écologique et solidaire a commandé au BRGM une étude de faisabilité d’une signalétique dédiée aux risques géologiques ayant marqué en France l’histoire locale par des événements de grande ampleur : séismes, éruptions volcaniques, mouvements de terrain ou avalanches, etc.

Basée sur l'analyse des retours d’expérience de nombreuses initiatives menées en France comme à l’étranger pour le maintien de la mémoire du risque, les recommandations de l'étude reposent sur l’idée d’un dispositif informationnel à double niveau : des marqueurs physiques implantés sur le territoire associés à des contenus numériques enrichis accessibles sur internet.

L'étude illustre concrètement la forme que pourrait prendre ce dispositif couplé par cinq exemples relatifs à des catastrophes naturelles survenues en France dans le passé : séisme du 03/08/1967 à Arette, séisme du 11/06/1909 à Rognes, séisme du 08/02/1843 à Pointe-à-Pitre, effondrement du Mont Granier aux Marches en 1248 et effondrement de carrières souterraines en 1962 à Clamart.

 

Exemple d’intégration du contenu informationnel sur un marqueur physique pour le séisme de Lambesc de 1909,
et QR-code renvoyant vers l’URL de la fiche numérique.

 

Pour en savoir plus :

Consulter l'étude BRGM/RP-67470-FR - Préconisations pour la mise en place de marqueurs mémoriels de risques naturels.