Résilience des populations face aux risques majeurs : l'action de la Croix-Rouge

 

Mondialement reconnue pour son action humanitaire auprès des populations frappées par des conflits ou des catastrophes naturelles, la Croix-Rouge mène aussi une action en profondeur pour aider les populations à mieux se préparer à faire face aux risques majeurs qui les menacent.

Dans cet entretien Jean-François Mattei, Président de la Croix Rouge Française, présente rapidement l’action dans laquelle s’est engagée la Croix-Rouge française pour renforcer la résilience des populations face aux risques majeurs.

Le Professeur Jean-François Mattei a consacré l’ensemble de sa carrière aux problèmes sanitaires, s’impliquant principalement dans les dossiers touchant à la santé publique, à l’enfant et à l’éthique. Ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées de 2002 à 2004, Jean-François Mattei est Président de la Croix Rouge Française depuis 2004, et membre du Conseil de Direction de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge.

« Peu à peu on a découvert qu'il ne suffit pas de sortir quelqu'un qui se noie de l'eau et de le ramener sur la plage en l'abandonnant. Il faut ensuite l'accompagner pour qu'il "reprenne pied", mais il faut aussi lui apprendre à nager au cas où il retomberait à l'eau. L'idée que le secourisme est limitée à la crise est aujourd'hui complétée par l'idée qu'il faut poursuivre son action après la crise mais surtout avant la prochaine crise » explique Jean François Mattei. 

 

Se préparer face aux grands risques par la résilience des populations

Une bonne préparation des populations aux comportements à adopter et aux actions à mener en cas de catastrophe naturelle ou d’accident permet en effet de réduire considérablement l’impact de ces événements dramatiques. La Croix-Rouge française s’est donc fixée l’objectif majeur de réduire la vulnérabilité des populations en renforçant leur capacité à anticiper, à s’adapter, à résister et à se relever après de telles catastrophes.

«Le concept de résilience, terme emprunté à la physique qui désigne la capacité de résistance des matériaux, a été remis à l'honneur par le neuropsychiatre Boris Cyrulnick. Appliquée à l'homme la résilience est en définitive la seule garantie contre le fatalisme. C'est l'antidote du fatalisme, conclut le Président de la Croix-Rouge.

La résilience ce n'est pas donc seulement avant, ni pendant, ni après  une crise, c'est à la fois survivre à la crise, s'adapter et rebondir dans l'après crise. 

Nous avons donc décidé de nous atteler à cette résilience, à cette action humanitaire globale, en donnant la priorité aux risques de catastrophes naturelles.»

 

Une action locale, nationale et internationale

La Croix-Rouge française est engagée grâce à ses 52 000 bénévoles et 17 000 salariés dans 5 secteurs fondamentaux : l’urgence et le secourisme, l’action sociale, la formation, la santé, et l’action internationale. Au travers d’un réseau très dense de délégations et d’établissements (908 délégations locales, 95 départementales, 13 territoriales, 18 régionales et 559 établissements), la Croix-Rouge française est présente sur l’ensemble du territoire français y compris dans les départements et territoires d’outre-mer (DOM-TOM) particulièrement menacés par les aléas climatiques (inondations, ouragans) et les catastrophes naturelles (séisme, tsunami) et mène ainsi à bien ses missions en privilégiant les actions de proximité qui apportent des réponses concrètes et durables, et spécialement auprès des enfants. 

Le Président de la Croix-Rouge française, en Nouvelle-Calédonie auprès de populations menacées par les risques de tsunami. © CRF

 

La Croix-Rouge française a participé à l'installation de zones " refuge tsunami", couplées à une signalitique spécifique, pour aider les habitants à mieux prendre en compte le risque de tsunami le long des côtes de Nouvelle-Calédonie. © CRF