Le grand roman des crues de la France : l'oeuvre monumentale de Maurice Champion

Le récit de 1 300 années de crues en France ! L’ouvrage réalisé par Maurice Champion au milieu du XIXème est sans équivalent  et reste un outil de référence pour la connaissance historique des inondations en France... Cette chronique vivante et haute en couleur fait revivre les événements tels que les avaient vécus les acteurs de l’époque. Elle intègre également des documents historiques précieux, dont la fameuse lettre de Napoléon III au ministre des transports publics. Le travail de Maurice Champion mériterait d'être poursuivi et actualisé. 

 

La bible des hydrologues et des gestionnaires

L'ouvrage majeur de Maurice Champion,"Les Inondations en France du VIème siècle à nos jours", est considéré comme la bible des hydrologues et des gestionnaires de cours d’eau. Cette chronique des crues est organisée comme un tableau synoptique qui se déploie par bassin hydrographique en séquences chronologiques successives. Comme le rappelle Denis COEUR dans sa biographie de Maurice Champion, cette œuvre gigantesque est un "remarquable travail d'enquête dans les archives et bibliothèques. Mais ses objectifs ne sont pas ceux d'un homme de sciences ni d'un historien, encore moins d'un gestionnaire, ils restent ceux d'un collectionneur érudit".

 

- Une série de grandes inondations

Les grandes inondations, qui affectèrent l'Europe durant les années 1840 et 1850, frappèrent les imaginations et contribuèrent probablement à décider Maurice Champion à entreprendre son "grand projet".

 

        

                     -  Les inondations dans la plaine du Rhône -                        

 

- Le seul ouvrage de cette ampleur

Ce panorama détaillé des inondations en France sur 13 siècles avait suscité dès sa parution l'intérêt et l’admiration des hydrologues et des gestionnaires. C’est le premier ouvrage - et le dernier jusqu’à maintenant - qui ait ainsi présenté une chronologie des événements à l'échelle des cinq grands bassins hydrographiques français… vaste fresque complétée par des documents et des tableaux de synthèse. Avant sa réalisation, l’on ne disposait que de chroniques d’événements isolés sur des sites donnés ou des bassins versants particuliers, mais pas de travaux à ces échelles temporelles et géographiques.

  - Pont de Gien-Loire -

- Une base de données avant l’heure

L’ouvrage de Maurice Champion est une base de données avant l’heure, il se consulte plus qu’il ne se lit, ce qui était bien l’intention de l’auteur. Il permet un point de vue général sur l’ensemble des crues pendant plusieurs siècles sur un même territoire. L’ouvrage intègre une grande richesse d’archives et de documents : lois et règlements,  projets d’aménagement, décisions de travaux, procès verbaux, citations d’article de presse, reproduction in extenso de témoignages d’époque…

 

 

- Une fresque vivante…

Il brosse une fresque vivante et haute en couleur des événements fluviaux du milieu du XIXème siècle, en particulier les événements exceptionnels de 1840 sur le Rhône, de 1846 sur la Loire, ou encore les inondations de la terrible année 1856 - qui vit le débordement massif des cours d’eau de la moitié sud de la France. Il relate ces événements en romancier, en narrateur, pas en hydrologue. Il fait revivre les faits, les catastrophes sont racontées par ceux qui les ont vécues, avec des anecdotes, des personnages, des épopées…

  

- Un bon travail de référencement documentaire

Bien entendu, les événements narrés n'ont pas été soumis à des investigations scientifiques, même sommaire. La relation des faits reste descriptive,  elle est souvent basée exclusivement sur des témoignages et des documents. De même, Champion dresse le paysage mais n’en tire pas forcément des conclusions. Néanmoins, le livre aborde et relate à sa manière l’ensemble des aspects de la gestion des inondations, y compris les aménagements  qui sont traités à travers des extraits de texte. Par ailleurs, Champion ? est un érudit consciencieux qui a mis en référence la plupart des documents (ouvrages, témoignages.) qu’il avait consultés, informations précieuses pour les chercheurs historiques.

 

- La lettre de Napoléon III

L’ouvrage intègre des témoignages essentiels, comme la lettre de Napoléon III du 19 juillet 1856 au ministre des Travaux Publics. Ce texte marque une date dans l’histoire de la lutte contre les inondations. Il illustre en particulier la nécessité de faire coopérer deux niveaux de compétences publiques jusque là séparés. D’une part, l’approche scientifique de l’hydrologie fluviale – alors en en pleine mutation – qui restait trop souvent éloignée des réalités du terrain. D’autre part, les organes de gestion quotidienne des cours d’eau et de réalisation d’aménagements, qui n’étaient pas en capacité de proposer des dispositifs efficaces de gestion des cours d’eau. Les terribles inondations de 1856 ont déterminé l’engagement de l’Etat pour les décennies suivantes et l’engagement personnel du chef de l’Etat a cristallisé et dynamisé les initiatives. Une partie des outils de prévention des inondations était déjà mis en œuvre avant  – en particulier par le corps des Ponts et Chaussées, - mais à partir de 1856, les politiques de lutte contre les crues vont être engagées de manière plus exhaustives et plus systématisées.

  

- Les crues font l’actualité

La succession des catastrophes sur les bassins du Rhône en 1840, de la Loire en 1846, puis de la plupart des cours d’eau en 1856, avait suscité en France un vaste débat sur cette question.

  

- Une nouvelle volonté politique

A partir de ce moment va se développer une démarche de connaissance préalable des phénomènes, on va s’interroger sur l’origine à l’amont des bassins versants, etc. Par ailleurs, la puissance publique engage des moyens de gestion des crises, de grands programmes d’études sont menés  à l’échelle de la France. En 1858 est promulguée la première loi sur la prévention des inondations urbaines. Les premiers plans de surfaces submersibles, les premières cartographies systématiques voient le jour. Champion réalise son grand ouvrage à ce moment décisif de l’histoire de la lutte contre les inondations. D’une certaine manière,  il participe de ce mouvement. Il va d’ailleurs se rapprocher du ministère et demander des financements pour ses travaux, que l’Etat lui octroiera. 

 

- Quelle place pour l’information historique en matière de crues ?

L’œuvre de Maurice Champion interpelle également le statut de l’information historique en matière de connaissance et donc de prévention du risque d’inondation.  Quelle place pour cette discipline au regard des autres sciences usuellement mobilisées pour gérer le risque naturel ? Des collaborations croisées entre les disciplines scientifiques - afin d’acquérir une meilleure connaissance des inondations, de leurs mécanismes et de leurs conséquences sur notre développement - semblent la meilleure réponse.

 

- Connaître le passé pour être moins exposé au présent

Aujourd’hui, le besoin de se référer au passé est plus prégnant qu’il y a 30 ou 40 ans. L’un des signes en est que la directive inondation impose le recours à l’information historique. Et la Direction générale de la prévention des risques du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie a mis en place une base de données historique nationale sur les inondations qui sera ouverte prochainement. Toutes ces initiatives attestent de l’importance de la mémoire, dans une société surinformée qui, paradoxalement, n’arrive pas à intégrer les informations nécessaires à sa protection. Il faut connaître l’événement de référence qui s’est produit il y a 50 ou 100 ans pour être moins exposé au présent.

 

- La difficile mémoire des crues

Les crues sont des événements dramatiques destructeurs. De part ce lien à la destruction et à la mort, la mémoire ne se constitue pas de la même manière que pour d’autres événements humains. Il y a aussi une nécessité collective d’oublier, qui joue contre la mémoire des faits. L’un des enjeux des sciences sociales est de trouver le bon équilibre entre l’oubli et la mémoire des crues.

 

- Créer les outils que Champion appelait de ses vœux 

Le travail effectué par Maurice  Champion il y a plus de 150 ans en appelle d’autres. Au moment où les enjeux liés à la maîtrise des inondations prennent une place sans précédent dans nos sociétés qui multiplient les constructions en bordure des cours d’eau, il est nécessaire de développer des outils qui aideront à la connaissance de ces phénomènes et à la sensibilisation à ces aléas inévitables et récurrents.

 

 

Pour en savoir plus

Courte biographie de Maurice Champion (1824-1878)

Après avoir mené des études classiques, Maurice Champion s'intéresse à l'Histoire et acquiert dans ce cadre une pratique documentaire en explorant les fonds d'archives et de bibliothèques publiques. Il se constitue un réseau de correspondants qui lui serviront pour la réalisation de son œuvre future. A partir des années 1850, il oriente ses recherches sur le thème des inondations et des phénomènes naturels extraordinaires. Mais il reste un littérateur curieux, connu avant tout dans le milieu des sociétés savantes.

Liens

Le site de présentation et de consultation de l’ouvrage http://hydrologie.org/BIB/champion/default.htm